Malgré les avaries, la Compagnie du Mont-Blanc toujours en mode croissance

 

Malgré les tempêtes, incendie ou soucis de câbles, la Compagnie du Mont-Blanc, deuxième opérateur français de remontées mécaniques, résiste et tient le coup financièrement.
Ses dirigeants ont vécu une assemblée générale des actionnaires plutôt sereine, vendredi à Chamonix.
La nouveauté: pas de téléphérique des Grands Montets avant deux ans.

image: 
Compagnie du Mont Blanc Chamonix
Le téléphérique de l'Aiguille du Midi à Chamonix

Encore une fois, les résultats 2017/18 sont très bons. L’été 2017 a été excellent et si, pour Chamonix, l’hiver dernier a été perturbé par les jours de fermeture liés aux intempéries, les déclenchements préventifs d’avalanche à répétition alourdissant les charges, Megève et Les Houches, ses deux autres domaines skiables, ont battu des records avec près de 30% de chiffre d’affaires en plus.

Ainsi avec 100,32 M€ de chiffre d’affaires en 2017-2018, la CMB est toujours le premier exploitant de site en France. L’opérateur a réalisé un bénéfice net de 9,093 M€.

Néanmoins, Mathieu Dechavanne, le PDG a annoncé qu’il ne faudrait pas compter sur une réouverture du téléphérique des Grands Montets, endommagé par l’incendie de Lognan le 11 septembre 2018, avant deux à trois ans.
À la suite du sinistre, le premier audit technique ne sera rendu qu’en mars 2019.
 
Le point haut du domaine aménagé (3300 m), destination mythique des freeriders, ne sera donc accessible qu’en peaux de phoque pendant au moins deux hivers.
Le reste du domaine skiable de Lognan sera lui opérationnel dès le week-end du 8 décembre, en principe avec un stade débutants flambant neuf.

Quant au téléphérique de l’aiguille du Midi (3842m), premier site touristique en Auvergne-Rhône-Alpes, le nouveau câble est en cours d’installation. La réouverture est toujours espérée avant la fin de l’année 2018.

Par ailleurs, la CMB étend son périmètre d’activité. Après le petit domaine de vallée de la Vormaine en 2017, la société a acquis 38% des parts de la société de restauration d’altitude SERAC.